gag 53

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

6 commentaires

Arkash a dit :

Lalaaaaah, la ca devient…barré…

16 nov. 2009

reno a dit :

tombé dans le piège !!!

16 nov. 2009

Nada a dit :

Traitresse!!!! …de case…..^^

18 nov. 2009

Pandore a dit :

A bon dans les zygomatiques. Je commence souvent la journée par un passage céans… C'est bon pour le moral!

20 nov. 2009

Jerrycan a dit :

Ouais, dac avec Arkash. J'ai l'impression que tu perds ta réflexion autour de l'espace/planche/case. En même temps ça fait 52 planches que Bonom est tout seul, y a un nouveau perso qui débarque et le gag est burlesque. Ça surprend. Faut voir… ;)

20 nov. 2009

DoM a dit :

ah bon ? c'est encore et toujours un jeu sur la case et l'espace à mon sens :

La case n'a pas de fond, cette fois, c'est un trou, comme dans le gag précédent, mais sous un autre angle. Et hors champ (les personnage partiellement dans le champ, celui de droite qui s'en va), donne une nouvelle perception de l'espace, une nouvelle interprétation des lignes qui en sont la trace (mais c'est pas la première fois, tout de même)

Par ailleurs, il y a déjà eu plein de gag où les personnages étaient 2. Certains, où ils se “parlent” comme ici (le 26, le 27…). Pas mal de burlesques aussi (le 33 par exemple)

Enfin, faut savoir que depuis le début, les gags ne sont pas du tout dans l'ordre où je les ai conçus. Celui là est assez récent, je le reconnais, puisque c'est le 132, sur 137 réalisés (et pleins d'idées encore au brouillon). Mais le 1 est en fait le 106 et le 34 le 136. Et on est passé entre temps par le 6 ou le 12 (de l'ordre réel de conception). Vous suivez ?

En fait, j'essaye toujours de trouver un embryon de lien entre les gags consécutifs. Lu dans l'ordre croissant comme décroissant. Ici, c'est peut-être le trou qui fait lien, donc. Et c'est ainsi que chaque semaine je vais puiser dans ma réserve pour essayer de trouver le bon numéro.

En tous cas merci pour vos réactions et commentaires. J'ai beaucoup de mal à jauger de l'effet d'un gag, et surtout de sa compréhension. J'ai d'ailleurs noté qu'un même gag pouvait être évident pour les uns quand il était obscure pour les autres. Ici, j'ai senti qu'Arkash n'était pas rentré dans l'histoire, à l'inverse de Reno qui en a vu l'évidence (mais je me goure peut-être, et ne blâme personne !)

20 nov. 2009